Les Français ont augmenté leur consommation de bière de 4,2 % en 2018 par rapport à l’année précédente, soit une hausse de 5 % en grande distribution et de 1,8 % dans les cafés et restaurants, selon un communiqué de Brasseurs de France diffusé ce 21 mai 2019. Brasseurs de France fédère 98 % de la production de bière des brasseries françaises, qui ont généré plus de 3,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018, contre 3,5 milliards d’euros en 2017.

« Une climatologie exceptionnelle » pour la consommation

En 2018, la « croissance est due principalement à une climatologie exceptionnelle », explique le syndicat. Pour autant, cette boisson dont la consommation s’était effondrée connaît un regain depuis cinq ans. Les Français qui consommaient en moyenne 30 litres de bière par an en 2009, ont atteint 10 ans plus tard une moyenne de 33 litres par habitant en 2018. La France reste l’avant-dernier pays consommateur de l’Union européenne, juste devant l’Italie.

Autre signe de reprise : la France comptait 1 100 brasseries à la fin de 2017, contre 1 600 à la fin de 2018, et plus de 600 nouveaux emplois ont été créés au cours de l’année, pour un total de 7 094 emplois directs. Mais, prévient le syndicat, « la filière qui se reconstruit ces dernières années, connaît toujours une certaine fragilité » : 65 % des entreprises n’atteignent pas encore leur seuil de rentabilité, c’est-à-dire une production de moins 300 hectolitres par an.

Davantage de bières sans alcool

Dans ce foisonnement, l’activité et le nombre d’emplois sont importants dans les régions de production historiques de la bière : dans le Grand Est (24 %), les Hauts-de-France (19 %), l’Île-de-France (21 %) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (10 %), première région en nombre de sites de production. Le syndicat note aussi la forte progression du marché des bières sans alcool. Leur part de marché s’élève désormais à 5,5 %, soit environ 2 litres par an par habitant.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs européens en berne

Les cours du blé et du maïs européens baissaient ce 19 août 2019 en fin de journée, affaiblis par la progression de l’euro par rapport au dollar et les chiffres des productions dans les pays de la zone Mer Noire.