C’est la conséquence directe de la sécheresse de 2018. Après la vague de décapitalisation au second semestre de l’an passé, notamment en raison de moindres disponibilités fourragères, l’offre française de vaches allaitantes et laitières chute depuis le début de 2019. En cumul de janvier à mars, les abattages d’allaitantes sont en recul de 4,2 % en têtes et 5,1 % en tonnes-équivalent...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !