La polyculture-élevage est une exception française dans le paysage agricole d’Europe de l’Ouest, qui a plutôt choisi la spécialisation. Statistiquement, ce modèle ne régresse pas en France. Mais il se transforme. Même si la proportion d’exploitations en polyculture-élevage reste assez stable, l’élevage diminue au profit des cultures. À l’institut de l’élevage, Christophe Perrot distingue...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !