En 2017, 590 hectares ont été artificialisés en Île-de-France, c’est moitié moins que dans les années 2000 (1 200 ha par an) et cinq fois moins que dans les années 1990 (2 500 ha par an). 460 ha ont été enlevés à l’agriculture et 200 ha aux espaces naturels, soit 660 ha bruts. Habitats et zones commerciales représentent un tiers des utilisations. Carrières, infrastructures...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !